Le faiseur de rêves, de Laini Taylor

Alors ce roman là, je l’avoue, à la base je l’ai choisi parce que j’en entendais parler de partout dans la sphère littérature fantasy, et que j’en avais reçu un nombre ahurissant de goodies dans ma box littéraire préférée. Au bout d’un moment, insister a fait son effet et je me suis procuré le premier tome. Et je vous avoue que je comprends beaucoup mieux l’engouement autour de cet univers, parce qu’il le mérite amplement !

Synopsis :

C’est le rêve qui choisit le rêveur, et non l’inverse…

Il est une ville, au centre du désert, où nul n’a le droit de se rendre sous peine de mort. De ses entrailles sortaient autrefois d’interminables caravanes chargées de trésors mais, depuis deux cents ans, la cité est coupée du reste du monde… Pire encore, un soir d’hiver, le nom de ce lieu de légende s’évanouit en un clin d’œil de la mémoire de tous – Lazlo Lestrange, orphelin de cinq ans à peine, ne fait pas exception à la règle. Frappé au cœur, le petit garçon restera irrémédiablement fasciné par cette énigme.

Quinze ans plus tard, il travaille dans la plus grande bibliothèque du monde, à Zosma, en rêvant de fabuleuses découvertes quand, de la Cité oubliée, émerge tout à coup une curieuse expédition venue recruter les meilleurs scientifiques du continent. Pourquoi diable s’obstiner à réunir ces esprits éminents ? Mystère… Et pourquoi Lazlo voit-il donc ses songes se peupler de visions étranges – à commencer par une déesse à la peau bleue pourtant assassinée, des années plus tôt, par les habitants de la ville interdite ? Qui est-elle vraiment ? Comment le jeune homme, qui ignore tout de sa légende, peut-il bien la voir en rêve ?

Mon avis :

En règle générale, quand un livre est aussi abondamment bien critiqué, je me retrouve à contre-courant, mais il faut bien tomber sur une exception de temps en temps ! Mon avis pourrait se résumer en une phrase : foncez acheter cette pépite !

J’ai été vraiment surprise de tomber sur une histoire vraiment bien amenée, avec une plume à la fois douce et addictive. Nous avons des personnages travaillés, malgré une histoire très centrée sur Lazlo et cette fameuse déesse à la peau bleue, Sarai, sur le développement de leur relation et ses conséquences.

L’univers créé par l’auteure est unique en son genre, bien que quelques aspects puissent être déjà-vus (c’est difficile de faire du 100% original dans un univers aussi étendu que la fantasy), la cosmogonie est originale, notre héros n’est pas un Gary Stu, loin de là, et surtout malgré la douceur de la plume, la fin est extrêmement brutale.

S’il y a quelques mentalités manichéennes chez certains personnages, on retrouve surtout des nuances de gris : il n’y a aucune action gratuite, il y a toujours une motivation sérieuse derrière, et surtout chaque action a ses conséquences, y compris plusieurs années plus tard. Il n’y a pas vraiment de méchants et de gentils, il y a surtout des êtres traumatisés, torturés par leur passé, des volontés de vengeance qui n’ont plus lieu d’être.

Lazlo est quelqu’un dans lequel se reconnaîtront tous les rats de bibliothèque avides de connaissances (Moi ? Je plaide coupable), avec une moralité droite et une gentillesse hors normes malgré toutes les crasses qu’il peut subir.

Sarai, elle, parlera à tous ceux qui grandissent loin de leurs racines, mais avec malgré tout leur influence sur leur vie. A tous ceux qui se demandent si, vraiment, on est le pur produit de nos parents ou si on a le droit d’être différent sans les trahir. A tous ceux qui voudraient la paix alors qu’ils ne peuvent l’obtenir à cause de la haine des autres.

Le faiseur de rêves, c’est aussi une ode à la tolérance et à la paix. Une volonté de faire comprendre que les enfants n’ont pas à payer pour les crimes de leurs parents, et ne sont pas forcément comme eux. Que l’on peut avoir une apparence très différente, une origine suspecte, mais être étonnamment proche des autres. Une histoire qui fait comprendre à quel point il est difficile de surmonter sa haine pour aller de l’avant ensemble. Une histoire magnifique.

Publié par Une Rousse studieuse

Une jeune rousse qui essaie de suivre son chemin tranquillement.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :